Amoes, l'Energie Positive

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 29 mai 2017

Un decret identifie les missions de maitrise d oeuvre pour les marches publics globaux

Ce nouveau décretapplique l’article 91 de la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (CAP). Cet article pose, en effet, l’obligation pour le candidat à un marché public global d’identifier une équipe de maîtrise d’œuvre chargée de la conception de l’ouvrage et du suivi de sa réalisation. L’ajout d’un article 35 bis à l’ordonnance « marchés publics » du 23 juillet 2015, va dans ce sens.

Le décret qui entre en application dès le 1er juillet 2017 concerne, dès lors qu’il y a des missions de conception et qu’ils portent sur des ouvrages de bâtiment, les trois types de marchés publics globaux : conception-réalisation, performance et sectoriel. Les candidats à ces marchés devront désormais identifier l’équipe de maîtrise d’œuvre ainsi que les missions qui lui seront confiées.

Les missions confiées au maître d’oeuvre

Le décret prévoit l’obligation de confier certaines missions au maître d’œuvre, et ce, quelle que soit la valeur du besoin. Les missions sont les suivantes :

  • Études d’avant-projet définitif
  • Études de projet
  • Études d’exécution
  • Suivi de la réalisation des travaux et de leur direction
  • Participation aux opérations de réception et de mise en œuvre de la garantie de parfait achèvement

Deux autres missions pourront être confiées de manière facultative au maître d’œuvre, il s’agit des :

  • Études d’esquisse
  • Études d’avant-projet sommaire

Le recours aux marchés publics globaux tend à se généraliser. C’est pourquoi le décret assure l’indépendance de la maîtrise d’œuvre et donc la qualité architecturale des constructions. L’objectif de ce décret est « d’encadrer les conditions d’exécution du marché global en veillant au respect d’un équilibre entre la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre et les entreprises ».

Source : Construction 21

mardi 16 mai 2017

Le potager est de retour

Voilà, les effets du potager sont encore là cette année, récolte de salades, radis, fraises,...et plantation de tomates...

jeudi 4 mai 2017

3eme journee TRNSYS France - mardi 13 juin a Paris

Cette journée permet d’échanger notamment sur les bonnes pratiques sur TRNSYS et la parution de TRNSYS 18, elle voit ainsi la réitération de l’atelier d’échanges en fin de journée. Nous vous proposons cette année d’échanger sur la modélisation des piscines et des patinoires. Nous vous invitons à préparer votre participation à cet atelier en apportant vos méthodes, astuces, questions,… sur le sujet.

Voir le programme et le formulaire d’inscription (programme_et_inscription_JTF_2017.pdf)

lundi 24 avril 2017

Niveau Energie 3 ou 4 pour les batiments publics

L’arrêté attendu depuis décembre dernier vient de paraître, il définit les exigences liées aux constructions à énergie positive et à haute performance environnementale sous maîtrise d’ouvrage de l’état, de ses établissements publics et des collectivités territoriales et complète ainsi le décret n° 2016-1821 du 21 décembre 2016. Nous savons à présent que les bâtiments publics devront, pour le volet énergétique, atteindre les niveaux Energie 3 ou 4 du référentiel Energie-Carbone.

Ceci va dans le sens de la définition de bâtiment à énergie positive réaffirmée par effinergie avec la parution des nouveaux labels BEPOS-effinergie 2017 et BEPOS+ effinergie 2017 qui demandent respectivement d’atteindre les niveaux Energie 3 et 4 du référentiel E+C-.

Pour en savoir plus :

Source : Construction 21

dimanche 11 décembre 2016

Notre petit sapin de Noel est arrive

Ma terre préférée est une terre sableuse enrichie d'humus.

Mon pot devra être plus profond que large comme une jarre par exemple.

J'aime le plein soleil à l'extérieur et la lumière sans les rayons à l'intérieur en été. Je peux supporter le vent et les embruns salins.

Je me plante au printemps. En pot, on me rempote à cette même période (tous les 3 ans) dans un contenant le plus grand possible.

Pour me reproduire, on utilise la graine semée au chaud dans un mélange très sableux et maintenu humide à l'ombre.

Ma bouture est aussi pratiquée dès Avril dans le même type de terre et pratiquement à l'étouffée.

Si vous pouvez, sortez moi dès les risques de gels écartés.

L'hiver, arrosez-moi lorsque la terre est vraiment sèche. Une vaporisation régulière au niveau du feuillage me fera du bien.

Si mes aiguilles tombent, c'est souvent parce que je ne suis pas arrosé ou que l'air est bien trop sec.

On peut me vaporiser pour remédier à ces phénomènes.

lundi 7 novembre 2016

Nouveau référentiel HQE Bâtiment Durable, nous sommes déjà prêts pour accompagner nos clients

Nous étions présents lors de la matinée de présentation de la nouvelle stratégie Certivéa et du lancement du nouveau référentiel HQE Bâtiment Durable.

Ce nouveau référentiel élargit le spectre de la certification à l’horizon du Développement Durable, là où le précédent référentiel HQE se concentrait sur un de ses aspects (les impacts environnementaux). Le référentiel est ainsi structuré autour de quatre engagements de développement durable :

  • Qualité de vie ;
  • Respect de l’environnement ;
  • Performance économique ;
  • Management responsable.

Parmi les nouvelles rubriques et critères qui feront l’objet de l’évaluation, les points suivants ont été soulignés lors de la présentation du nouveau cadre d’évaluation :

  • La rubrique de la qualité de vie est une nouveauté. Elle concerne notamment la sécurité et la sûreté, le confort (thermique, acoustique, visuel, olfactif..), la fourniture de services aux usagers du bâtiment, la qualité d’usage…
  • La rubrique performance économique concerne l’optimisation en coût global du bâtiment ;
  • La rubrique impacts environnementaux comporte des nouveautés :
  1. Prise en compte de l’impact sur le changement climatique ;
  2. Performance énergétique : évaluation des performances sur la base des consommations tous postes évaluées via des outils de simulation dynamique (STD, SED).
  • La mise en place d’une démarche de commissionnement sera valorisée dans la rubrique management

Amoès est d’ores et déjà en ordre de marche pour accompagner ses clients dans la mise en œuvre d’une certification HQE Bâtiment Durable, grâce notamment aux compétences suivantes :

  • Missions de commissionnement : Amoès a notamment un ingénieur certifié CMVP (protocole IPMVP) ;
  • Calculs énergétiques tous postes, nous développons cette approche depuis la création de l’entreprise et avons de nombreux retours sur les consommations de bâtiments existants ;
  • Etudes de coût global : nous pouvons les effectuer de manière autonome sur les lots fluides grâce aux outils de chiffrage développés par le pôle Maîtrise d’œuvre fluides, en collaboration avec l’économiste pour un coût global tous postes ;
  • Etudes d’analyse de cycle de vie et bilan carbone :
  1. Amoès participe à la conception du projet Eole Evangile, ilôt bas carbone remporté dans le cadre du concours « Réinventer Paris »

Pour plus de détails sur le nouveau référentiel HQE Bâtiment Durable : http://www.certivea.fr/offres/evaluation-de-batiments

Pour plus de détails sur nos domaines d’intervention :

lundi 31 octobre 2016

L'assèchement de l'air dans les bâtiments performants, un sujet à traiter dès la conception

Dans le cadre de sa R&D, AMOES a réalisé une étude sur l'assèchement de l'air dans les bâtiments performants. Ce travail a fait l'objet à la fois d'un article dans Chaud Froid Performance et d'une présentation au salon Passibat, salon des bâtiments passifs.

Lire la suite...

lundi 24 octobre 2016

La piscine d'Aulnay sous Bois, un projet ambitieux de 32 Millions d'euros

AMOES travaille en tant qu’AMO environnement sur ce projet qui commence à se définir comme le montre l’article du Parisien ci-dessous.

Lire la suite...

lundi 17 octobre 2016

Cube 2020, un concours plein de sens

La deuxième édition du concours CUBE 2020 a réuni 123 bâtiments tertiaires pour mesurer pendant un an leurs économies d’énergie réalisées en un an par rapport aux trois années précédentes. Les bâtiments candidats ont concouru dans des catégories spécifiques à la professionnalisation de leur suivi (bâtiments certifiés en exploitation ou pas), à leur taille (de la PME aux grands sièges) ou encore leur usage (enseignement, bureaux…).

Chiffres clés de CUBE 2020 2015-16

  • 57 900 collaborateurs sensibilisés 
  • 1 280 400 M2 de surface totale représentée par l'ensemble des candidats
  • 12,2% d'économies d'énergie moyenne
  • 3 098t équivalent CO2 économisées
  • 25 175 049  kWh économisés 
  • 3 750 000 euros économisés  

Retrouvez tous les résultats dans le dossier de presse.

mardi 11 octobre 2016

AMOES est qualifiée OPQIBI 0110 ce qui facilite la certification NF Habitat HQE

CERQUAL met en place un SMR (système de management responsable, anciennement SMO) nécessaire que lorsque la MOA souhaite passer en droit d’usage pour la marque de certification. Ce sera alors à lui de mettre en place un SMR sur l’ensemble de ses opérations selon le degré de maturité choisi (M2 ou M3).

Pour le niveau de maturité M1, on parle maintenant de « management de l’opération », il faut obligatoirement un référent certification reconnu par CERQUAL ou un AMO OPQIBI 01.03 ou 01.10 (AMOES est OPQIBI 01.10).

Ci-dessous le détail du « management de l’opération »

  • SMR 8.1.1.1 : définir les atouts et contraintes du site en phase programmation
  • SMR 8.1.1.2 : réalisation d’une analyse de site diffusée à l’ensemble des intervenants
  • SMR 8.2.1.2 : Le programme de l’opération doit comporter le profil HQE de l’opération (nombre d’étoiles par engagement)
  • SMR 8.5.1.2 : présence pour le projet d’un référent certification reconnu par CERQUAL ou d’un AMO OPQIBI 01.03 ou 01.10
  • SMR 8.6.1.3 : Le Maître d'ouvrage s'assure que la Direction de Travaux planifie les Contrôles de Conformité au Référentiel CERQUAL (CCR) avant occupation des logements.
  • SMR 8.2.1.3 / SMR 8.5.3.4 / SMR 8.6.3.2 / SMR 8.6.3.3 / SMR 8.6.3.6 : Prise en compte des exigences de la rubrique « Chantier à faibles nuisances »

Ces exigences ne concernent que le référentiel NF Habitat HQE.

lundi 19 septembre 2016

Notre opération de Montreuil lauréate du Trophée Bois IDF 2016

L’opération de la Construction de 17 logements sociaux à R+5 tout bois certifié passive qui a concouru aux Trophées Bois Ile-de-France 2016, est lauréate 1er prix dans la catégorie «Logements collectifs et logements groupés».

Dans ce cadre, nous avons eu le plaisir de recevoir de la part de FRANCILBOIS et le CNDB  cette récompense lors de la cérémonie officielle le mercredi 14 septembre 2016 à la Maison de l’Architecture, 148, Rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 PARIS.

L'équipe du projet avec pour maître d'ouvrage OSICA SNI est composée de :

  • A003architectes Stéphane COCHET + Bruno GARNIER
  • AMOES BET Fluides + Thermique+ test étanchéité à l'air + instrumentation et suivi sur 3 ans
  • S2T BE structure
  • Cabinet J.LOT économiste

.

Lire la suite...

lundi 5 septembre 2016

Un séminaire annuel studieux, sportif et culturel en Région Aquitaine

Comme tous les ans, AMOES a réalisé son séminaire technique annuel. Cette année, nous nous sommes retrouvés en Région Aquitaine proche de l'entre deux mer au Manoir de Gaboria. Ce moment de partage fut l'occasion d'échanger notamment sur la R&D réalisée au cours de l'année, ainsi seront présentés les sujets suivants :

  • Température du sol - modélisation fine en STD
  • Rénover les pierres calcaires en ITI (simulations WUFI)
  • Consommations énergétiques et laboratoires
  • Retour d'expérience sur le commissionnement
  • Campagnes de mesures sur une crèche certifiée passive

Nous avons aussi à cette occasion réalisé :

Une visite du château des maubats

 

Les Olympiades d’AMOES

 

Un week-end au cap ferret avec une petite sortie de vélo collective de 45 km et vue sur la dune du pilat

 

vendredi 29 juillet 2016

Un impact Carbone 2015 de plus en plus précis, une compensation CO2 soutenant un projet de performance énergétique de l'habitat au Tadjikistan

Pendant l’année 2015, l’activité professionnelle d’Amoès a généré un volume de gaz à effet de serre estimé à environ 24 tonne équivalent CO2. Cela équivaut à une hausse de 38% par rapport à l’année dernière. Cette hausse s’explique par le fait qu’Amoès rend son bilan carbone de plus en plus exhaustif sur les émissions indirectes (notamment pour le poste d’émission des achats) et a donc une idée plus précise qui se révèle à la hausse sur son taux d’émission par poste. Grâce à l’association CO2 solidaire, Amoès a compensé ses émissions en CO2 de l’année 2014 et 2015 sous forme de mécénat soutenant le projet de performance énergétique de l’habitat modeste au Tadjikistan.

Lire la suite...

lundi 25 juillet 2016

Succès de la campagne de financement de la réalisation du scenario Negawatt 2016

En 45 jours, 771 contributeurs ont permis de collecter 51 666 €, soit 11 666 € de plus que notre objectif initial ! Un sacré coup de pouce pour la réalisation du nouveau scénario !

Les travaux de l’association autour du nouveau scénario de transition énergétique ont démarré depuis maintenant plusieurs mois. La première étape visant à actualiser le scénario négaWatt est désormais terminée.

La réussite de cette campagne de financement a confirmé la possibilité d’aller plus loin dans ce travail d’envergure. Actuellement, l’équipe des « scénaristes » travaille donc au renforcement et à l’enrichissement du scénario pour une publication à l’automne 2016.

vendredi 8 juillet 2016

Bâtiment : Repenser la ville comme un écosysteme

« Métabolisme urbain et empreintes environnementales sont encore mal connus : les études de cas sont rares, les méthodes […] en cours d’élaboration […]. Les enjeux, […] fondamentaux, dépassent la simple comptabilisation de tonnes, d’hectares, de mètres cubes [consommés] [pour réfléchir […] sur la matérialité des sociétés à l’anthropocène ». S.Barles, 2008.

LES DURES LOIS DE LA MATIERE

Le modèle économique actuel conduit les populations à se concentrer dans les grandes métropoles. Mais celles-ci ont cessé d’être autosuffisantes avec leur territoire. Le phénomène de vampirisation des ressources par ces méga centres urbains s'amplifie. L’histoire du Grand Paris est celle d’une déconnexion entre les cycles biogéochimiques et la ville, entre le 19e siècle et aujourd’hui. Paris s'est construit à partir des ressources en gypses et en calcaire de son sous sol, du bois flotté en provenance de Bourgogne. La ville fournissait à sa ceinture agricole les engrais dont elle avait besoin grâce à la collecte de résidus urbains. A partir des années 1930 l’essentiel des ressources recyclables (bois, pierre, brique, chiffons, crottin de cheval, poudrette) deviennent des déchets non valorisés et dans les années 1960 le bois d’œuvre issu des démolitions est évacué hors la ville (Francilbois). L’extension des réseaux urbains avec la généralisation du système automobile entraîne l’artificialisation des sols à grande échelle. La construction en béton armé devient hégémonique dans la construction, conduisant à la raréfaction actuelle du sable et des granulats, pointés dans tous les rapports du Grand Paris.

Lire la suite...

jeudi 16 juin 2016

Silence, ça pousse et on récolte !

Voilà, les effets du potager sont là, récolte de salades, radis, fraises,... les midis sont maintenant chargés.


vendredi 10 juin 2016

AMOES intervient à la table ronde "la filière est-elle prête à delivrer une performance dans la durée?"

Le 9 juin 2016 a eu lieu une table ronde sur  "la filière est-elle prête à délivrer une performance dans la durée?" dans le cadre d'une journée organisée par le syndicat des entreprises générales du BTP.

DAMIEN LAMBERT, gérant d’Amoes l’énergie positive, Bureau d’études technique de 20 personnes spécialiste de l’énergétique des bâtiments (maîtrise d’œuvre, réhabilitation, assistance aux maîtres d’ouvrage, campagnes de mesures, recherche appliquée) mais aussi de l’environnement en général.

Vous êtes en contact permanent avec des maîtres d’ouvrage : ressentez-vous une évolution de leurs attentes ?

Hormis sur de grands projets, je dirais que la conjoncture fait que la plupart des sujets courants se jouent davantage sur le prix que sur la qualité. Malheureusement.

Livrer une performance d’usage dans la durée : quels enjeux pour la filière ?

La forme du contrat signé conditionne beaucoup la performance d’usage livrée : en effet, il est par nature plus facile de conduire un raisonnement en coût global dans un marché global de performance que dans un marché en loi MOP, encore faut-il que l’exploitant accepte de jouer le jeu du coût global.

La segmentation des missions ne facilite pas les choses. C’est quand même possible en loi MOP si le maître d’ouvrage prévoit des missions complémentaires de type commissionnement ou rédaction du dossier exploitation maintenance pour faire la passerelle entre la livraison du bâtiment et son fonctionnement au quotidien.

Enfin, la taille et le montant du projet rend aussi plus faisable ou non un contrat de type marché global de performance car il faut dans ce cas avoir un cadre et suivi précis ce qui est plus facile pour un maître d'ouvrage sur un projet avec un montant de travaux significatif.

Le numérique va-t-il faire bouger les choses ?

Sans aucun doute. La maquette numérique va permettre de mieux réfléchir en amont, d’anticiper, et de travailler plus sereinement. C'est d'ailleurs, une formidable occasion pour la maîtrise d'oeuvre de se réapproprier la mission EXE. Mais attention aux effets de mode : tous les projets ne nécessitent pas de maquette numérique ! ça a du sens pour les projets d’une certaine taille et pour le tertiaire car il y a des équipes de gestion-maintenance derrière. En logement, cela peut aussi avoir du sens mais encore une fois attention. Un changement de programme après le PC, cas finalement assez courant, nécessite une reprise plus lourde sur une maquette numérique que sur des plans 2D. Enfin, les bailleurs devront aussi avoir des équipes pour faire vivre la maquette numérique après la livraison s'ils souhaitent l'utiliser en exploitation maintenance.

 

mercredi 1 juin 2016

Retours d'expérience de la 1ère année d'une crèche certifiée passive à Nogent-sur-Marne

Lors du congrès Passi’bat 2013, nous avons reçu par la maison passive France le certificat officialisant la certification passive de la crèche "le Moulin de Beauté" à Nogent sur marne (Certificat_Maison_passive.pdf).


Lors du salon, nous sommes également intervenus pour faire un retour d'expérience sur sur le chantier, la mise au point des installations et le suivi des consommations de la 1ère année.

Lire la suite...

lundi 23 mai 2016

Amoes a formé à l'utilisation de TRNSYS, 22 enseignants chercheurs venant de toutes les universités marocaines

La formation a eu lieu à l’IFMEREE (Institut de formation des métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique) de Oujda. Elle a permis d’échanger de manière approfondie sur les stratégies de la transition énergétique marocaine notamment dans le secteur du bâtiment.


 

 

mardi 26 avril 2016

Journée TRNSYS France au sein de nos bureaux, une belle réussite

Ce jour, la 2ème journée TRNSYS France a eu lieu dans nos locaux avec 30 participants. Ce rendez-vous a été l’occasion de partager nos expériences et nos savoir-faire en présentant des projets particuliers ou des développements internes sur lesquels chacun a travaillé.


Lire la suite...

- page 1 de 11