L’énergie grise par unité de masse des matériaux utilisés dans la construction varie énormément, avec des valeurs de deux Giga joules par tonne de béton, à des centaines de Giga joules par tonne d’aluminium. Dans le choix entre différents matériaux de construction ou produits fait sur la base de l’énergie grise, il se trouve qu’il ne faut pas considérer seulement les matériaux « initiaux », mais aussi les matériaux consommés au cours de la durée de vie du bâtiment pendant la maintenance, les réparations, et les éventuels remplacements. Le seul facteur, et le plus important de tous, influant sur la réduction de l’énergie grise est la conception de bâtiments à longue durée de vie, durables et adaptables. Plus grande est la durée de vie, plus l’énergie grise du bâtiment a des chances de « s’amortir », si toutefois l’obsolescence de certains éléments (chauffage, éclairage) ne vient pas réduire les « économies » faites.

 

Le contenu en énergie grise varie considérablement selon le type de construction et des matériaux utilisés.

 

Tableau comparatif de l'énergie nécessaire à la fabrication de quelques matériaux de construction (pour 1 kg).

Matériau

Energie(MJ)

Eau(L)

Brique

3

1.47

Béton cellulaire

2.48

1.68

Parpaing

0.92

0.70

Mortier Ciment

1.87

1.33

Acier construction

43

25

Béton b25

1

0.68

Bois Agglo plaque

42

8.4

Bois lamellé collé

53

14

Paille

0.02

0.008

Bois poutre

27.5

2.8

Bois Planche

73

13.2

Laine de verre

26.44

29.44

Polystyrène

105

35

Placoplâtre

1.23

0.56

Enduit chaux

2.35

1.73

1kWh = 3.6 MJ

1MJ = 0.278 kWh

Source : Base ekoinventare sur logiciel Equer http://www.izuba.fr/equer.htm (version démo téléchargeable)

 

Plus nous nous servons d’un objet, mieux nous utilisons l’énergie grise qu’il contient. C’est pourquoi la durabilité d’un produit est d’une importance centrale. En effet, une fois qu’il est acheminé à son lieu d’utilisation, le matériau ne crée plus de consommation d’énergie jusqu’à ce qu’il soit recyclé et/ou traité en tant que déchet. L’énergie grise d’un objet sera d’autant plus amortie (utile) que l’objet aura une longue durée de vie.

Quoi qu’il en soit, si l’on désire faire attention aux aspects environnementaux de notre consommation, on s’intéresse généralement à la consommation en énergie, en eau, à la composition, à la quantité de déchets produits, aux possibilités de recyclage... et c’est très bien. Mais on oublie pourtant presque systématiquement ce qui se passe AVANT. L’énergie grise a un coût écologique. Il est donc nécessaire d'avoir une prise de conscience des impacts cachés de notre consommation, en choisissant la qualité plutôt que la quantité, nous pouvons limiter les dégâts…