3 solutions ont été étudiées

  1. Ballons terminaux électriques : une production par ballons électriques terminaux au plus près des points de puisage. Les ballons thermodynamiques ont été envisagés puis rapidement écartés pour des raisons d’encombrement.
  2. production gaz-solaire centralisée, une distribution sans bouclage, des ballons électriques terminaux pour rehausser la température d’ECS.
  3. Une production gaz-solaire centralisée, une distribution avec bouclage.

L’étude montre que :

  • La solution 1 est vraiment défavorable sur un plan énergétique car les consommations d’ECS sont importantes dans une crèche et qu’il vaut mieux se « payer » des pertes de distribution. En effet, une production par effet Joule représente une consommation de 40 kWhep/m².an ce qui ne paraît pas acceptable pour respecter l'objectif passif.
  • Les solutions 2 et 3 sont équivalentes en termes de consommations en énergie primaire : 21 kWhep/m².an. En revanche, la solution 3 de réseau bouclé est plus simple et moins chère à l’investissement.

A la lumière de cette étude nous préconiserions donc pour une crèche de cette taille une production d’ECS centralisée et la plus renouvelable possible, avec une distribution par bouclage (dont on aura optimisé au maximum les longueurs).

Il a aussi été étudié la pertinence d’isoler ou non la distribution terminale. Considérant que si l’eau se refroidit jusqu’à une température de 30°C, l’eau chaude contenue dans la distribution terminale est « perdue » (l’usager va faire couler l’eau jusqu’à ce que l’eau chaude revienne), le temps entre puisages pour que l’eau reste suffisamment chaude est de :

  • 42 minutes dans le cas d’une distribution terminale isolée.
  • 12 minutes dans le cas d’une distribution terminale non isolée.

Dans le cas de la crèche du « Moulin de Beauté », les puisages étant plutôt répartis uniformément dans la journée, nous n’avons pas jugé utile d’isoler la distribution terminale. Néanmoins, dans le cas de puisages rassemblés (par exemple aux heures des repas) et particulièrement pour des linéaires importants (par exemple, 10 m du bouclage ou de la production jusqu’au point de puisage), on voit qu’il peut être avantageux d’isoler la distribution terminale pour s’éviter des consommations inutiles d’eau et d’énergie.

La répartition des puisages au cours du temps n’est pas un critère qui avantage une solution par rapport à l’autre. En revanche, c’est un critère sur le choix d’isoler ou non la distribution terminale.

Ouverture : les paramètres qui conditionnent une solution plutôt qu’une autre, dont la sensibilité n’a pas été étudiée dans le présent rapport, sont :

  • Le volume total des ballons électriques, qui impacte directement les pertes de stockage.
  • La longueur du réseau bouclé (96 m pour 32 points puisages, soit 3 m par point de puisage).